Rate this post

Le testament est une déclaration écrite par laquelle chacun peut déterminer le sort de sa succession après son décès. C’était autrefois le principal outil de transmission de la richesse d’une génération à l’autre, mais aujourd’hui son utilisation est plus limitée. En l’absence de testament, la succession successorale d’une personne décédée est régie par la loi, qui indique qui sont les héritiers et dans quelle mesure la succession doit être partagée entre eux. Les règles du code civil, déterminant la succession du conjoint et des enfants (et seulement en l’absence de ceux-ci, des autres proches parents), correspondent en fait à la volonté de la plupart des gens.

Cependant, la volonté demeure importante pour ceux qui n’ont pas d’enfants. Dans ce cas, en effet, il convient d’indiquer comment l’héritage doit être partagé entre le conjoint et les autres parents, ou en tout cas de déterminer qui doivent être les héritiers. Tout le monde ne sait pas, par exemple, qu’en l’absence d’enfants, la loi prévoit que seule une partie de l’héritage revient au conjoint et le reste aux frères et sœurs. Pour prendre d’autres dispositions, vous devez faire un testament. Toute personne qui, en plus de ne pas avoir d’enfants, n’est même pas mariée (ou n’est plus mariée) grâce au testament peut choisir ses héritiers en toute liberté, en indiquant un ou plusieurs parents méritants, ou même une organisation ou association.

Dans d’autres cas, le testament permet de régler des situations où la succession légale ne répond pas entièrement aux besoins. Par exemple, lorsque le testateur veut qu’un bien soit attribué exclusivement à une personne déterminée ou qu’il veut répartir ses propres biens entre les héritiers.

En tout état de cause, afin d’éviter que les héritiers ne soient impliqués dans des litiges successoraux ou ne paient trop d’impôts, il peut être opportun de planifier la succession à l’avance, surtout si les actifs sont importants ou comprennent une entreprise. Avec les conseils de votre notaire de confiance, vous obtiendrez le résultat souhaité et minimiserez les impôts à payer par les héritiers.

Le Code civil prévoit différents types de testaments. Le plus communément utilisé est le testament “olographique”, qui peut être écrit directement par le testateur. Il suffit, en effet, de rédiger le testament de sa propre main (c’est-à-dire à la main, et non à la machine ou à l’ordinateur), de le signer et d’en indiquer la date, et le testament a pleine valeur juridique. Ce testament est le plus simple et le moins coûteux, et répond aux besoins de la plupart des gens. Vous n’avez qu’à vous assurer qu’elle n’est pas perdue ou détruite, accidentellement ou autrement. Une façon d’en être sûr est de le déposer en fidéicommis auprès d’un notaire public, qui le conservera aussi longtemps que nécessaire, sans permettre à quiconque d’en connaître le contenu (ni même son existence) jusqu’au décès du testateur. Le coût est minime et la tranquillité d’esprit qui l’accompagne en vaut certainement la peine.

Le testament public, en revanche, rédigé directement par le notaire selon les instructions du testateur, comme l’exige la loi, offre de plus grandes garanties de conservation (le notaire est tenu de le conserver dans ses actes) et surtout garantit que la volonté du testateur est exprimée de la manière la plus claire et la plus correcte, et est conforme à la loi, ce qui rend son recours sans appel. L’intervention du notaire assure également un contrôle de la pleine capacité de compréhension et de la volonté de la personne qui a fait le testament, car le notaire est tenu de le vérifier sous sa propre responsabilité. C’est donc la forme de testament la plus appropriée pour les personnes d’âge avancé, ou atteintes de pathologies, qui permettrait de remettre en cause leur lucidité au moment où elles ont rédigé leur testament. L’intervention du notaire public permet de minimiser le risque de recours de personnes qui pourraient avoir un intérêt contraire au testament exprimé dans le testament et qui bénéficieraient donc de son annulation.

En tout état de cause, lors de la rédaction d’un testament, il est important de respecter certaines règles afin d’éviter la nullité ou l’annulation du testament, ce qui est assez souvent le cas pour les testaments rédigés sans l’assistance d’un notaire.

Tout d’abord, le testament peut violer les droits légitimes du conjoint, des enfants et, en l’absence d’enfants, des parents du testateur (légitime). La loi, en effet, reconnaît à ces sujets le droit de recevoir en tout état de cause au moins une partie de l’héritage. Le testateur ne peut donc disposer librement que d’une partie de ses biens, qui varie entre un quart et la moitié. Les personnes légitimes qui voient leurs droits violés ont la possibilité d’intenter une action en justice pour la réduction des dispositions du testament, afin d’obtenir la part à laquelle elles ont droit. La même protection est garantie par la loi aux personnes légitimées contre les donations faites à vie par le défunt, qui sont assimilées à des dispositions testamentaires. Les dons, cependant, ne peuvent être contestés qu’après la réduction des dispositions du dernier testament, si les dons légitimes n’ont pas encore reçu ce qui leur est dû.

Même lorsque les droits légitimes ne sont pas remis en cause (parce que le testateur n’a pas de proches parents, ou parce qu’il leur a laissé le montant minimum requis par la loi), le testament peut être inopportun pour les parents qui, en l’absence de cela, recevraient l’héritage par la loi ou une plus grande partie de celui-ci. Dans ce cas, il reste à envisager la possibilité de contester la volonté pour un défaut de forme. Beaucoup de testaments de “bricolage”, rédigés sans assistance juridique, ont des vices qui les rendent handicapés. Si le testament n’est pas entièrement rédigé par le testateur lui-même, ou s’il n’est pas signé, vous pouvez le faire déclarer nul. D’autres défauts, tels que l’omission de la date (assez fréquente), peuvent entraîner l’annulation. Dans tous ces cas, l’héritage est à la charge des plus proches parents du défunt, dans la succession prévue par la loi. Il est plus difficile de contester le testament en raison de l’incapacité du testateur, parce qu’il doit être démontré qu’il n’était pas capable de comprendre et de vouloir quand il l’a écrit.

Enfin, une hypothèse particulière est que le testament contient des dispositions relatives au partage des biens entre héritiers. En effet, si certains des héritiers institués ne sont pas considérés, ou certains des héritiers légitimes, et qu’il n’y a pas assez de biens pour former les portions des exclus, la division faite par le testateur est nulle et non avenue. Si, en revanche, la valeur des biens cédés à un héritier est inférieure de plus d’un quart à sa part, il peut demander la cessation du partage.

Enfin, nous vous rappelons qu’en cas de doutes, le testament peut être modifié par le testateur à tout moment, quelle que soit la forme choisie pour sa rédaction.

Après le décès du testateur, toute personne en possession du testament est tenue d’en demander la publication et de le présenter à un notaire qui se chargera de toutes les formalités requises par la loi. La publication n’est rien de plus qu’un acte notarié par lequel le testament est rendu opposable à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *