Rate this post

Droits de succession

L’accusation de séparation a également une incidence sur les droits successoraux. Rappelons que tout au long de la période de séparation, jusqu’au divorce suivant, les époux restent mari et femme et donc, en cas de décès de l’un d’eux, l’autre a droit de plein droit à une part de l’héritage. Le conjoint séparé a les mêmes droits successoraux que le conjoint non séparé. L’exception est toutefois le conjoint qui a été chargé de la responsabilité de la séparation, qui perd tout droit à la succession, tout en conservant le droit à une pension de survie.

Rapprochement

La séparation de corps peut être résiliée à tout moment, sans aucune formalité, en cas de réconciliation. Il suffit que les époux aient repris la cohabitation, même pour une courte période. Selon une jurisprudence récente, avec la réconciliation des époux séparés, la communion juridique est également rétablie s’il s’agit du régime matrimonial actuel entre eux. Si d’autres différends surviennent, le juge devra rendre une nouvelle décision de séparation, mais il ne sera pas en mesure d’imputer la séparation à l’un des conjoints en raison d’événements survenus avant la réconciliation.

Divorce

Trois ans après le jugement du tribunal ou l’équivalent de la séparation consensuelle, l’un ou l’autre des conjoints peut demander un jugement de divorce. La situation des enfants mineurs est examinée ici et le montant de l’allocation de divorce est déterminé pour le conjoint économiquement plus faible, qui n’a pas les moyens suffisants ou n’est pas en mesure de les obtenir pour des raisons objectives. Les paramètres qui sont concrètement pris en considération pour la détermination de l’allocation sont essentiellement les conditions économiques des époux, les motifs du divorce, la contribution personnelle et économique apportée par chacun d’eux à la gestion familiale et à la constitution du patrimoine respectif, leurs revenus, la durée du mariage. En cas de divorce, il est également possible de régler et de payer le chèque en un seul versement.

En cas de divorce, la relation du conjoint et, par conséquent, les droits successoraux cessent d’exister, à l’exception du droit de recevoir une pension alimentaire de la succession, si nécessaire, pour ceux qui ont déjà reçu l’allocation de divorce au moment du décès de l’ancien conjoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *